HAUT DE PAGE

PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
Le groupe nominal - introduction (7)

ASCENDANCE

PAGES SŒURS
Le groupe nominal - introduction (7)

SOMMAIRE
Remarques sur la théorie du groupe nominal
La définition du groupe nominal
Complexité macromoléculaire du groupe nominal
L'étude essentialiste du groupe nominal
Le déterminant
Le groupe nomino-adjectival
Les noms propres
Le groupe nominal comme noyau
Le groupe nominal comme complément
Le noyau du groupe nominal
Exemples d'agrammaticalité en vrac

Remarques sur la théorie du groupe nominal

La définition du groupe nominal

Le groupe nominal est l'ensemble des syntagmes endocentriques dont l'entrée noyau et le comportement de sortie sont nominaux. Reste donc à préciser ce que « nom » ou « nominal » veut dire. Cela nous entraînerait vers l'abîme des débats interminables sur les axiomes logiques et philosophiques du langage. Nous admettons donc simplement, sans plus ergoter, l'existence du nom comme un fait expérimental et axiomatique. Nous disons qu'un mot est un nom s'il s'inscrit dans quelques syntagmes nominaux importants. La définition du nom et celle du syntagme nominal s'entrelacent donc dans un rapport circulaire. Il en va de même pour l'adjectif, l'adverbe, la préposition, le verbe et quelques autres catégories grammaticales. La catégorie grammaticale elle-même est une « donnée immédiate ».

Complexité macromoléculaire du groupe nominal

Le groupe nominal a un nombre important de compléments, presque tous fortement subdivisés. Tous les syntagmes qui l'entourent sont endocentriques. Il a une forte tendance à la croissance par récursivité. Le groupe nominal est la « macromolécule » la plus complexe du français. Il serait naïf et futile d'essayer de générer le groupe nominal dans toute sa complexité au moyen d'un ensemble de règles de définition. La complexité du groupe nominal échappe aux modèles simplistes des manuels de linguistique théoriques. Seule une grammaire procédurale poussée (une grammaire numérique) serait à même de relever le défi de la formalisation du groupe nominal.

L'étude essentialiste du groupe nominal

Le groupe nominal a toujours suscité l'intérêt des philosophes, des logiciens, des experts de la sémantique formelle. Les points de vue linguistiques proprement dits et les points de vue logiques se confondent souvent dans les études du groupe nominal. Bien des linguistes basent leur étude du groupe nominal sur des concepts logiques, tels que l'extension et l'intension ou la quantification. Nous rejetons cette approche essentialiste. Les structures du langage sont autonomes : elles ne reflètent pas directement les structures de l'esprit (qui, à leur tour, ne reflètent pas la réalité scientifique).

Le déterminant

La définition du déterminant (aussi appelé spécificateur) varie d'une théorie linguistique à l'autre. Ce sur quoi toutes les théories s'accordent, c'est la présence quasi-obligatoire du déterminant au sein du groupe nominal.

Certains grammairiens investissent le déterminant d'un statut essentialiste. Ils le considèrent comme une propriété immanente du groupe nominal, même s'il n'est pas physiquement présent. D'après cette théorie, l'absence du déterminant dans le groupe nominal serait un phénomène atypique, une petite exception sans importance. Dans ces grammaires, le déterminant est érigé en entité prélinguistique et universelle.

Le groupe nominal comporte une trentaine de compléments. Voir la vue d'ensemble des membres du groupe nominal à la page connexe Le groupe nominal - compléments - vue d'ensemble. L'article, le pronom indéterminé et le numéral cardinal, entre autres, sont des mots-fonction (function words en anglais) ; l'adjectif et l'apposition, entre autres. sont des mots-contenu (content words en anglais). Chaque membre de la liste des compléments du groupe nominal peut être aisément assigné à l'une de ces deux catégories.

Notre définition du déterminant est simple : déterminant égale mot-fonction. Nous réfutons la définition essentialiste et le statut immanent du déterminant, mais nous affirmons le fait que la majorité des syntagmes nominaux du français comportent un déterminant. La présence du déterminant au sein du groupe nominal n'est pas obligatoire ou quasi-obligatoire, mais elle est sans doute prépondérante. Nous allons étudier en détail le déterminant nul, c'est-à-dire l'absence du déterminant, à la page connexe Le groupe nominal - compléments - le déterminant nul.

Le groupe nomino-adjectival

Le groupe nomino-adjectival est le syntagme qu'on obtiendrait en fusionnant le groupe nominal et le groupe adjectival. Cette fusion peut paraître saugrenue ou même absurde, mais elle permet de résoudre certains problèmes organisationnels.

La morphologie du nom et de l'adjectif sont inséparables.

Il y a une multitude de mots qui servent à la fois de noms et d'adjectifs sans changement sémantique : pauvre, malade, juif, colonisé, intellectuel, bourgeois.

Il y a une multitude de transferts dans les deux sens entre noms et adjectifs, accompagnés de changements sémantiques :

bidon, gâteau, bateau

mon paternel, la maternelle, l'Éternel, une américaine, les présidentielles, le nucléaire

Les noms propres

L'inventaire des types de noms propres varie d'une langue à l'autre et de grammaire en grammaire. Togeby(1985) propose la liste la plus complète pour le français :

pays
villes
provinces
départements
régions
continents
îles
mers
montagnes
lacs
cours d'eau
rues
bâtiments
points cardinaux
planètes
personnes
fêtes
titres d'ouvrages
marques commerciales
bateaux
lettres de l'alphabet

Plus que la liste précise des types de noms propres, ce qui nous intéresse vraiment est leur statut grammatical en français, si tant est qu'ils en aient un. On se doit de décider si le nom propre est plus qu'un jouet ontologique universel, donc extragrammatical, et, en même temps, plus qu'une tradition orthographique artificielle, arbitraire et sans intérêt linguistique. Les types de noms propres d'une langue ne constituent un objet grammatical que s'il y a un réseau de corrélations assez étroite entre cenrtains type de noms propres et certaines particularités grammaticales. On va voir qu'en français certains types de noms propres ont certains traits grammaticaux et que certains de ces traits grammaticaux sont même partagés par plusieurs types de noms propres. Mais on va voir également que ce réseau de corrélations entre types et traits est faible, clairsemé, Le contour d'un nom propre français comme objet grammatical ne se détache pas clairement.

Les problèmes grammaticaux qu'on rencontre dans l'étude des types de noms propres français pris globalement sont

la présence ou absence de l'article défini (je suis né en France et je crois en la France)

le genre collectif du type (toutes les marques d'auto sont féminines)

la possibilité du pluriel (les Bourbons, les Dupont, il y a deux Frances, celle des riches et celle des pauvres)

la distribution des prépositions de lieu (en, à, dans, sur, par)

contraction et non-contraction (les rues du Havre, les romans de Le Clézio)

élision et non-élision (en forme de X)

Il ne nous paraît pas justifié d'accorder, sur la base de ces quelques phénomènes. le statut d'objet grammatical au nom propre français pris globalement. Nous ne pensons pas que le nom propre soit un objet grammatical indépendant assez nettement circonscrit par ces quelques phénomènes. Bien sûr, ces phénomènes sont très importants et très intéressants, mais nous préférons les ranger là où ils sont le plus pertinents, le mieux mis en valeur. Par exemple, l'emploi de l'article défini avec les noms de pays a sa place naturelle sous l'étiquette d'article défini. (Par contraste, Togeby consacre 60 pages au nom propre français, qu'il considère come un objet grammatical indépendant.)

Le groupe nominal comme noyau

Le groupe nominal comporte une trentaine de compléments. Huit compléments sont traités sur les pages sœurs de cette page. Les autres sont dispersés à travers d'autres groupes majeurs. Pour accéder à la vue d'ensemble, voir la page connexe Le groupe nominal - compléments - vue d'ensemble.

Le groupe nominal comme complément

En principe, on pourrait construire un tableau de compatibilité et d'incompatibilité entre les fonctions et les types du groupe nominal. Tous les types du groupe nominal n'ont pas forcément accès à tous les syntagmes qui, en première approximation, admettent le groupe nominal comme complément.

Sujet ordinaire

Sujet réel d'un verbe existentiel

il surgit un problème

Sujet en apostrophe

Objet direct

Complément prédicatif

il est médecin
elle est la ministre de la défense nationale

Complément aprépositionnel (complément métrologique, complément olfactif, objet direct interne, etc.)

Argument de syntagme prépositionnel régi par un verbe, par un adjectif, par un adverbe ou par un nom

Argument de syntagme prépositionnel libre qualifiant un verbe, un adjectif, un adverbe ou un nom

Adverbe aprépositionnel de temps et de lieu

ce soir
rue de Grenelle

Nom employé adjectivalement

très papi
très Français moyen
très vieille France

Locutions adverbiales aprépositionnelles diverses

aller bon train
défendre bec et ongles
périr corps et biens

Le noyau du groupe nominal

Le noyau est un nom physiquement présent

C'est le cas archétypal.

Ellipse improvisée à nom restituable - adjectif

la rouge lui va très bien
il y a deux cas : le premier..., le second...

Ce phénomène relève du groupe adjectival. Voir la page connexe L'adjectif comme complément - la nominalisation.

Ellipse lexicalisée à nom restituable - adjectif

la (brigade) mondaine
le (Théâtre) Français
un (camion) Renault
une (orange) sanguine

Ce phénomène relève du groupe adjectival. Voir la page connexe L'adjectif comme complément - la nominalisation.

Ellipse à nom restituable - numéral cardinal

un enfant qui rit et deux qui pleurent
une boîte en fer et deux en bois

Ce phénomène relève de l'étude des numéraux cardinaux Voir la page connexe La syntaxe des numéraux cardinaux et approximatifs.

Ellipse à nom restituable - article - langue populaire

des cartes postales en couleur et des en noir
des livres qui sont amusants et des qui ne le sont pas
j'en sais des dans ma bibliothèque dont la perte m'attristerait
la boîte en fer et la en bois
les robes en soie et les en laine

Ce phénomène relève de l'étude de l'article. Voir la page connexe Les emplois elliptiques des articles.

Adjectif nominalisé par un moyen syntaxique

c'est du joli
l'important c'est que
il y a plus intéressant
il n'y a pas plus honteux

Ce phénomène relève du groupe adjectival. Voir la page connexe L'adjectif comme complément - la nominalisation.

Adverbe se comportant en nom

c'est demain qui m'arrange le mieux
demain est un jour de fête
je préférerais demain
le plus vite sera le mieux
nous avons passé hier à la plage

La pronominalisation partielle

Voir la page connexe Le groupe nominal - la pronominalisation partielle.

Exemples d'agrammaticalité en vrac

*à de diverses profondeurs
*au certain moment où
*aucuns ces enfants
*aucuns ses enfants
*bien de collègues
*bien de mes collègues
*c'est problème dont je t'ai parlé
*ce le crayon
*ce quelque doute
*ce ton ami
*certains nos amis
*ces nôtres
*ces plusieurs arbres
*ces tes problèmes
*ces tous grands philosophes du monde
*cette plus belle fille du monde
*cette quelque solution
*de Pierre le fils
*de la bière et eau
*des certains doutes
*des fleurs, feuilles, branches
*des plusieurs personnes
*différents d'entre nous
*divers parmi nous
*diverses de ses solutions
*en vertu de quel principe, autorité, raisonnements
*force de collègues
*force de mes collègues
*garçons et les filles
*intelligente une fillette
*le Pierre
*le ce crayon
*le monde demain
*le panache d'Henri IV blanc dont parlent tous les livres d'histoire
*le panache dont parlent tous les livres d'histoire d'Henri IV blanc
*le quelque doute
*lequel ton problème
*les certains aspects
*les diverses trente pages
*les dix ou les vingt mille réfugiés
*les mes crayons
*les plusieurs portes d'un immeuble
*mes autres deux sœurs
*mes belles deux autres sœurs
*mes les crayons
*mes plusieurs amis
*plusieurs tels problèmes
*plusieurs trois personnes
*quelques nos amis
*sa quelque solution
*son un vingtième de la population
*tes tous rêves grandioses
*toutes les six chemises
*trois ces chevaux
*trois de dix grandes villes
*trois de quelles villes
*trois diverses sortes de champignons
*trois grandes de ces fenêtres
*trois tes chevaux
*un combien fragile compromis
*un de divers enfants
*un de quelques enfants
*un mon ami
*un quel problème
*une combien longue absence
*une drôle histoire
*une fille qui sourit toujours et charmante
*votre père feu

Ces exemples illustrent deux types d'agrammaticalité : l'incompatibilité et l'ordre incorrect. Les règles d'incompatibilité sont assez faciles à découvrir. Elles concernent surtout les couples. L'ordre des compléments est un problème plus épineux. Dans le panache blanc d'Henri IV dont parlent tous les livres d'histoire, le noyau le panache est suivi d'un adjectif, d'un complément possesseur et d'une subordonnée relative. C'est le seul ordre correct.

RETOUR EN HAUT DE PAGE